Champignons : la Mérule et le Finistère

La Mérule est un champignon parasite du bois, c’est le parasite le plus souvent en cause lors des attaques d’intérieur. D’autant plus qu’il attaque tous les types de bois.

C’est un champignon semblable à de la ouate ou à des toiles d’araignées. Souvent en forme de filaments blancs, beiges et marrons, comme sur la photo ci-dessus. Le bois se désagrège. Pus le champignon est jeune, plus il sera blanc et semblable et de la ouate, et plus il vieillira et deviendra marron.

Ses conditions idéales de développement sont :

  • Un taux d’humidité supérieur à 22%, avec un optimum d’humidité à 35% et son développement s’arrête au-delà de 40%.
  • Une température entre 20°C et 26°C. Cependant, il ne résiste pas aux fortes températures.
  • Un espace confiné.
  • L’amiante, qui favorise également son développement.
  • Ainsi que l’obscurité.

Un bâtiment clos, entretenu, ventilé et sans fuite d’eau est donc à l’abri de la Mérule.

En revanche, il faut se méfier de ce champignon. Car même si l’on parvient à réunir les conditions nécessaires pour stopper son développement, il ne mourra pas. Et au-delà de ne pas mourir, son développement reprendra dès que les conditions y seront de nouveau favorables.

Ce champignon en lui-même n’est pas dangereux pour la santé. En revanche, ses conditions de développement favorisent l’apparition d’autres champignons, qui eux peuvent l’être, telles que les moisissures.

Le moyen le plus sûr pour l’éviter, est d’assurer une bonne ventilation et d’éviter l’humidité. Ces conditions sont également les mesures à adopter pour s’en débarrasser. Si cela ne suffit pas, un traitement fongicide peut être envisagé.

Dans le Finistère, 20 communes sont concernées : Audierne, Bénodet, Brest, Camaret-sur-Mer, Châteaulin, Châteauneuf-du-Faou, Concarneau, Douarnenez, Elliant, Fouesnant, Morlaix, Plomodiern, Plouescat, Pont-Aven, Pont-l’Abbé, Quimper, Quimperlé, Rosporden, Saint-Martin-des-Champs, Scaër.

Pour les communes concernées, un état parasitaire doit être annexé à l’acte original de vente, lors d’une transaction. En cas de vente, cela doit également figurer dans l’état des lieux.

Menu